Agilité à l’échelle : 5 clés pour réussir

mc2i - emeline boulet

Une exclusivité Les-Experts.tech

Par Emeline Boulet, Consultante mc2i Groupe

Vous avez sans doute récemment entendu parler de l’agilité à l’échelle. En effet, après la vague “Agile” qui a déferlé, l’heure est venue de passer à l’étape suivante : étendre l’agilité à l’ensemble de l’entreprise.

Dans ce contexte, plusieurs frameworks proposant d’apporter un cadre et des outils à la mise en place de l’agilité à l’échelle ont vu le jour. Parmi les plus connus et utilisés : Scaled Agile Framework (SAFe), SoS (Scrum of Scrum), DaD (Disciplined Agile Dilivey), LeSS (Large Scale Scrum) ou encore le framework Spotify.

01.png

Ceux-ci sont en général assez différents et répondent à des problématiques distinctes.

Les raisons principales pour lesquelles les entreprises souhaitent passer à la vitesse supérieure reposent souvent sur les limites de SCRUM et la nécessité de synchroniser plusieurs équipes.

 

 Mais quels sont les facteurs de succès d’une transformation agile à l’échelle ?

 

  • Identifier les “coachs” 

 

L’identification d’une population interne à l’entreprise comme agents du changement est primordiale afin d’amorcer le passage à l’échelle. Ces agiles leaders venant des directions techniques mais également métiers, étant déjà intégrés aux équipes de l’ensemble des couches de l’entreprise, et connaissant les pratiques internes, pourront ainsi facilement impulser les premiers changements.

C’est souvent l’un des principaux différenciateurs entre les entreprises pratiquant l’Agile uniquement sur le papier et celles qui sont pleinement engagées à adopter les pratiques et à obtenir les meilleurs résultats in fine.

Dans le cas de l’implémentation de SAFe, il est par exemple prévu en phase amont de former une petite équipe qui sera dédiée à la mise en place du framework, pour qu’elle forme par la suite le top-management (approche bottom-up).

 

 

  •  Uniformiser le rythme et les pratiques

 

Une fois la population de coach agiles identifiée, il est de sa responsabilité d’assurer l’adoption d’un unique framework au sein de toute l’entreprise afin d’apporter de la cohérence dans les processus et pratiques des équipes.

Cette cohérence amène naturellement l’un des  grands points forts de l’agilité à l’échelle : la synchronisation des différentes équipes travaillant sur le même produit ou plus largement le portefeuille applicatif.  

La plupart des frameworks proposent pour cela d’ajouter aux comités à la maille équipe, des instances supplémentaires inter-équipes mais également inter-silos. 

 

 

  • Une adaptation et de l’autonomie pour les équipes

 

  Un framework est par définition un cadre, il est donc préconisé de se servir de celui-ci comme une “boite à outil”, mais cela ne signifie pas qu’il faille le suivre “by the book” , au risque au contraire de “désagiliser” les processus.

Donner de l’autonomie aux équipes et adapter les méthodes selon leurs besoins est essentiel. Les équipes opérationnelles sont effet celles qui connaissent le mieux comment améliorer leur travail et les besoins qu’ils ont pour une meilleure fluidité de leurs propres processus.

Pour les équipes qui sont au démarrage encore en manque d’autonomie, les coachs seront là pour les conseiller et les guider le temps qu’elles arrivent à devenir elles aussi autonomes. 

 

 

  • Une expertise externe, en faisant appel à des consultants et formateurs

 

Le passage à l’échelle impliquant un réel changement d’état d’esprit au sein de l’entreprise, il est nécessaire de mettre en œuvre un dispositif d’accompagnement adapté à toutes les populations : équipes de développement, de production, managers et top managers, architectes, parties prenantes métier etc.

Les retours d’expérience publics n’étant encore pas nombreux sur le sujet, les consultants ayant déjà mis en place l’agilité à l’échelle chez d’autres clients apportent une réelle valeur ajoutée et expertise à la transformation.

Leur mission est directement liée à celle des coachs internes. Travaillant de pair avec eux, ils étudient et challengent les processus internes en apportant leur expertise méthodologique.

 

 

  •  Un executive sponsorship

 

Selon  W. Edwards Deming – fondateur du framework SAFe – “L’implication du management est primordiale. Ils sont responsables du succès de l’adoption du framework. On ne peut pas déléguer cette tâche.”

L’agilité à l’échelle est une approche souvent menée de manière bottom-up. En effet, on va d’abord transformer les équipes de développement ou de production, puis pour finir le top-management.  Alors qu’en réalité pour embarquer l’ensemble de l’entreprise, une approche top-down avec un engagement fort de la direction montrant l’exemple à suivre est primordial.

Pour ce faire, ils apprennent, exposent, enseignent et encadrent l’esprit, les valeurs, les principes et les pratiques du framework sélectionné.

 

Parmi les différents framework de  “l’Agile@Scale“, SAFe se veut souvent comme l’un des plus rassurants pour le top management en proposant un parcours complet de mise en œuvre, ainsi que des certifications pour former les coachs de la méthode.

02.png


Sources :

https://hbr.org/2018/05/agile-at-scale

https://blog.myagilepartner.fr/index.php/2017/09/22/lagilite-lechelle-pousse-la-desagilisation/

https://www.scaledagileframework.com/implementation-roadmap/

https://blog.versionone.com/state-of-agile-report-scaling-agile/

%d blogueurs aiment cette page :