Le multi-Cloud façonnera le monde de demain

Par Vincent Lavergne, expert multi-cloud chez F5 Networks

Les experts s’accordent pour dire que dans les cinq prochaines années, le multi-Cloud sera un véritable terreau d’innovation. Il permettra aux entreprises de lancer de nouveaux services et de perfectionner des technologies avancées.

 

Façonner l’avenir

La rapidité de la transformation numérique bouscule considérablement les business models existants. Les entreprises sont obligées de réévaluer leurs compétences, leurs procédures, politiques, systèmes et outils stratégiques en vue d’une gestion plus efficace du multi-Cloud. En d’autres mots, les entreprises doivent accélérer leur préparation au multi-Cloud si elles veulent répondre aux attentes des consommateurs en matière de rapidité et de transparence des services (1) .

Bien que la migration vers le Cloud soulève quelques problèmes de sécurité, elle offre de nouvelles perspectives de protection des opérations, mais aussi d’évolution et d’innovation en temps réel.

 

La montée en puissance du multi-Cloud résonne comme un ultime signal d’alarme

Les départements informatiques sont soumis à de fortes pressions. Ils doivent exploiter une infrastructure de sécurité bien établie, tout en évoluant pour satisfaire aux demandes des entreprises. La migration des applications vers des environnements de Cloud public et privé permettra aux entreprises de gérer les données de manière dynamique et de déployer des services orientés applications avec de solides solutions de sécurité pour lutter contre la cybercriminalité. Toutefois, la mise en œuvre d’une stratégie de sécurité homogène, avec authentification des utilisateurs et contrôles basés sur des règles, est une tâche particulièrement complexe lorsqu’elle s’applique à des plates-formes multi-Cloud.

 

La surface d’attaque gagne chaque jour du terrain

Le paysage des menaces est plus sophistiqué que jamais en raison des attaques volumétriques, des bots malveillants et d’autres outils visant les applications et les données sensibles. De nombreuses pratiques traditionnelles ont perdu de leur efficacité, car elles nécessitent trop de travail et prennent trop de temps pour protéger les données cruciales. C’est là que l’automatisation entre en scène : elle rationalise et standardise les processus informatiques, tout en réduisant le risque d’erreurs humaines. L’automatisation aide également l’équipe informatique à se concentrer sur d’autres priorités, telles que l’analyse des données et la résolution des problèmes.

Dans ce contexte, il ne suffit pas de migrer les applications vers le Cloud. Il est indispensable d’aligner les objectifs métiers sur les besoins du marché, et d’utiliser des jeux d’outils intégrés afin d’automatiser les workflows, de gagner en visibilité et d’analyser les données. Autre impératif : établir de nouvelles méthodologies de travail pour optimiser la collaboration et l’efficacité.

 

Les compétences Cloud de demain seront différentes de celles d’aujourd’hui

Si elles veulent rester dans la course, les équipes NetOps doivent recourir à l’automatisation afin de limiter le nombre de processus traditionnels manuels, sources de lenteur, tandis que les équipes DevOps doivent intégrer les disciplines de la sécurité dans la phase de production. Le cloisonnement des compétences appartient au passé. Ensemble, l’optimisation et l’orchestration renforceront la prospérité des entreprises, tout en leur permettant d’adopter une approche orientée clients et de se conformer à la réglementation sur les données.

En fait, suivre la voie du multi-Cloud ne signifie pas nécessairement faire une croix sur la sécurité. Grâce aux solutions de sécurité avancées, les entreprises peuvent transférer en toute sécurité leurs applications vers le modèle Cloud convenant le mieux à leur stratégie, sans s’inquiéter de contraintes géographiques ou infrastructurelles. Les attentes des consommateurs et la concurrence entre secteurs font du Cloud un élément toujours aussi essentiel. Une stratégie de développement adaptée en fera également une option viable et sécurisée.

Il faut regarder vers l’avenir et prévoir l’imprévisible. La nouvelle architecture sans serveur permettra aux entreprises de raccourcir les délais de mise sur le marché et de simplifier leurs processus. L’automatisation intelligente et l’apprentissage automatique facilitent déjà la transition vers des déploiements multi-Cloud optimisés.


(1) Issu du rapport intitulé The Future of the Multi-Cloud (FOMC)

%d blogueurs aiment cette page :