Réduire son turnover en 2019 : tout ce qu’il faut savoir

365talents - loic michel
Par Loic Michel, co-fondateur de 365Talents

Aujourd’hui, les entreprises font face à un problème crucial : retenir leurs talents. Face à des attentes des salariés qui évoluent (quête de sens, épanouissement et qualité de vie au travail), les RH doivent s’adapter pour éviter un turnover trop important qui coûte très cher à l’entreprise. Mais alors, comment mesurer, analyser et réduire ce turnover ?

 

Le turnover : un indice sur la santé de votre entreprise

Notre compagnon Google le définit en (seulement) 7 mots : « Taux de renouvellement du personnel d’une entreprise ». La réalité est un peu plus complexe. Le turnover (ou taux de rotation) vous permet de mesurer les mouvements d’entrées et de sorties des salariés de votre entreprise sur une période donnée. Il est généralement calculé sur un trimestre, un semestre ou une année. Ne le négligez pas : ce chiffre reflète généralement l’état de santé global de votre entreprise ! Cet indicateur est à suivre avec le temps. Il est également intéressant de le mettre en perspective par rapport aux évènements “exceptionnels” que votre entreprise peut avoir. Pour connaître votre turnover, la formule est simple :  [(Nombre de départs au cours de l’année N + Nombre d’arrivées au cours de l’année N)/2] / Effectif au 1er janvier de l’année N.
Pour avoir une idée de l’efficacité de votre politique RH, penchez-vous maintenant plus particulièrement sur les départs. Si l’on schématise, il existe deux types de départ : les départs involontaires : licenciements économiques, maladies, réorganisation interne, etc et les départs volontaires à diviser en deux catégories : Fonctionnels : retraites, départ d’un personnel peu performant et Dysfonctionnels : départ dû à un mécontentement du salarié. C’est sur ces départs dysfonctionnels qu’il faudra vous concentrer pour avoir un impact sur la réduction de votre turnover.

 

Comme n’importe quel indicateur, calculer votre turnover est utile si et seulement si vous l’analyser. À ce moment-là, 3 niveaux d’interprétation sont possibles :

  1. Votre turnover est faible (moins de 15%) : La situation sociale de votre entreprise en bonne.
  2. Votre turnover est nul (0%) : Votre entreprise risque de manquer de dynamisme en interne et peut passer à côté de nouvelles compétences. Sachez que le turnover est sain, dans une certaine mesure.
  3. Votre turnover est élevé (plus de 15%) : Il est nécessaire de s’interroger sur l’origine et les causes de l’augmenter de ce turnover. Elles peuvent être variées (organisation, climat social, peu d’avantages, manque de responsabilité, aucune offre de formation, opportunités d’évolution faibles, etc.)

Si votre turnover est plus élevé que la moyenne de votre secteur, sans éléments de contexte particulier, il est temps de rentrer dans les détails de votre politique et de votre organisation interne.

 

Comment diminuer le turnover de votre entreprise ?

Si pour déterminer ces actions, il n’y a pas de recette magique toute faite, une première chose à faire serait de prendre le temps de discuter avec vos collaborateurs afin de mieux appréhender leurs insatisfactions du moment et leurs attentes en terme de politique RH. Vos salariés se sentiront d’autant plus importants et engagés dans l’entreprise. Néanmoins, pour engager vos collaborateurs (et réduire le turnover), voici quelques pistes de réflexion à creuser.

#1. Responsabiliser vos équipes : On ne le dira jamais assez, la responsabilisation de vos collaborateurs renforcera leur confiance en soi, leur prise d’initiative et par extension l’attachement qu’ils peuvent avoir à votre entreprise. Impliquez donc les managers dans ces réflexions. Le micro-management n’a plus lieu d’être en 2019.

#2. Améliorez le cadre de travail de vos collaborateurs : Et cela passe par des espaces aménagés pour que vos salariés puissent échanger, prendre une pause, se détendre. Mais une action comme celle-ci doit être intégrée dans une démarche plus globale, de confort et de bien-être des employés. Nous sommes convaincus de ces investissements, sur le long-terme, qui sans le savoir, envoient un signal fort en interne comme externe, sur les bonnes conditions et l’environnement de travail au quotidien.

#3. Offrez des avantages sociaux exclusifs : Si les tickets-restaurants sont devenus la quasi-norme aujourd’hui, vous pouvez jouer sur la couverture santé ou les complémentaires pour vous différencier des autres entreprises. Profitez également d’événements annuels pour proposer de nouveaux avantages : des tarifs exceptionnels sur certaines expositions ou encore la mise en place de nouveaux services pour les employés. Discutez-en avec vos salariés pour connaître leurs envies. Une jeune employée de 26 ans n’aura très certainement pas les mêmes envies qu’un père de 3 enfants.

#4. Communiquez sur la mobilité interne et les perspectives d’évolution : Ces deux points sont fondamentaux et comportent de nombreux avantages, tant pour le salarié que pour l’entreprise. Pour l’entreprise : gain de temps et d’argent, valorisation des compétences des collaborateurs, connaissance de l’entreprise, dynamisation des parcours professionnels, développement d’une vision d’emploi à large échelle. Pour le salarié : des perspectives d’évolution réelles et réalistes, prise de confiance et motivation à se dépasser, sentiment d’appartenance à l’entreprise, développement de nouvelles compétences, reconnaissance hiérarchique du travail fourni.

#5. Développez l’offre de formation interne : L’apprentissage en entreprise se transforme. Après le e-learning, le digital learning se développe de plus en plus ces dernières années pour accélérer la formation en interne. Vous devez penser la formation sur le long-terme et elle doit permettre à vos collaborateurs de devenir meilleur dans leur quotidien pour, in fine, améliorer les performances de l’entreprise.

#6. Impliquez vos collaborateurs dans vos chantiers RH : Nous sommes tous en quête de sens dans nos métiers respectifs et votre rôle est aussi de rassurer vos salariés sur leur avenir et l’importance de leur job au sein de l’entreprise. Soyez également transparent sur les projets en cours et les améliorations à venir. Peu d’entreprises ont réussi à créer une véritable culture de la transparence. Nous le savons, ce n’est pas facile, et cela prend du temps. Mais commencer à y réfléchir aujourd’hui, c’est déjà prendre de l’avance pour demain sur le reste des entreprises.

 

Comme nous l’avons vu, un turnover élevé coûte très cher. Pour la santé de votre entreprise et le bien-être de vos collaborateurs, 3 étapes clés sont à respecter : calculez votre turnover et segmentez votre résultat selon les causes de départs, analysez-le sans oublier de prendre en compte le contexte, votre secteur d’activité et le type de poste et enfin, mettez en place un plan d’actions en fonction des attentes de vos collaborateurs. Et ça commence dès aujourd’hui !

%d blogueurs aiment cette page :