Un an après le RGPD, seuls 4 français sur 10 ont confiance dans la sécurité de leurs données gérées par leur employeur

securite - cybersecurite
Par ADP - Always Designing for People
  •  Contrairement aux collaborateurs français, plus de la moitié des européens (56 %), affirme que leurs données sont stockées de manière responsable et sécurisée par leur employeur
  • Les moins de 24 ans ont plus confiance dans la sécurité de leurs données que leurs ainées de plus de 45 ans (54% vs 36%) ; au niveau sectoriel, ce sont les salariés du secteur de l’IT qui ont le plus confiance (62%), suivis de l’industrie et des services financiers (50%)

 

Le 25 mai marquera le premier anniversaire de l’entrée en vigueur du Règlement général sur la protection des données (RGPD). D’après les conclusions d’ADP, le règlement a eu un impact positif sur la confiance des salariés en matière de sécurité des données.

En effet, plus de la moitié des répondants Européens (56 %) de l’étude The Workforce View in Europe 2019 pense que leurs données sont stockées de manière responsable et sécurisée par leur employeur, soit une augmentation de huit points par rapport à 2018.

Cependant en France, il reste encore du chemin à parcourir puisque moins de la moitié des répondants (43 %) pense que leurs données sont stockées de manière responsable et sécurisée par leur employeur. Si l’étude ADP constate une progression de six points de pourcentage depuis 2018, ce chiffre reste insuffisant, surtout en comparaison avec nos voisins européens.

Par ailleurs, plus d’un tiers (34 %) des salariés français s’inquiète toujours de la sécurité de ses données personnelles (contre 26% des Européens). Ce qui suggère que de nombreuses entreprises doivent aller plus loin dans leurs efforts. La principale préoccupation des salariés est leur manque de contrôle sur les données stockées (14 %), suivie par des inquiétudes concernant la vulnérabilité des systèmes de leur entreprise face aux cyberattaques ou aux violations de données (13 %). Enfin, 9 % craignent que trop de données soient conservées sans leur consentement.

 

Cécile Georges, Global Chief Privacy Officer chez ADP, déclare : « Il est encourageant de constater que la mise en œuvre du RGPD a coïncidé avec une augmentation – même légère – de la confiance des salariés. Il est clair que les entreprises et les salariés sont plus sensibles depuis le RGPD sur le respect des exigences de protection des données qui, pour la plupart, étaient déjà en vigueur dans l’Union européenne. Si le RGPD commence tout juste à entraîner des résultats positifs, les entreprises doivent néanmoins poursuivre leurs efforts : le RGPD a eu le mérite d’augmenter le niveau d’attention sur la nécessité de protéger les données et d’attirer l’attention des entreprises sur la nécessité de fonder leurs traitements sur des bases légales ».

%d blogueurs aiment cette page :