dim. Déc 15th, 2019

Le SD-WAN : la solution idéale pour un hôpital toujours plus connecté

silver peak - pierre langlois
Par Pierre Langlois, Country Manager France chez Silver Peak

En mai dernier, l’Institut Carnot Calym de Lyon, spécialisé dans la recherche et le traitement du lymphome, annonçait un partenariat avec Microsoft. Le géant de Redmond a mis à disposition ses solutions cloud et sa suite Microsoft Azure afin d’aider le centre à notamment mettre en place un datalake regroupant des données qui aideront les scientifiques à démarrer des projets de recherche. Ce partenariat confirme une nouvelle tendance, celle d’une coopération toujours plus nécessaire entre technologie et médecine. En effet, le vieillissement de la population, l’augmentation du nombre de maladies chroniques et l’exigence accrue des patients face aux avancées de la recherche médicale poussent aujourd’hui les professionnels de ce secteur à réduire les dépenses tout en maintenant la qualité des soins.

Pour parvenir à cet objectif, les hôpitaux font de plus en plus appel aux nouvelles technologies. D’une part, la réalité virtuelle sort du domaine vidéo-ludique et prouve tant ses bénéfices thérapeutiques que ses applications diagnostiques. Une multitude d’appareils médicaux « classiques » sont également développés en IoMT (Internet of Medical Things). Enfin, l’intelligence artificielle et ses capacités prédictives rendent la détection de certaines maladies plus rapide et précise. Toutefois, l’efficacité de ces technologies connectées doit être soutenue par un réseau cloud suffisamment performant au sein des établissements de santé.

 

La mise en commun des informations médicales et l’utilisation d’applications SaaS, de services IaaS ou d’objets connectés dans le domaine médical nécessite de pouvoir se baser sur un réseau cloud fiable, dans le but de maintenir le patient au cœur des préoccupations des professionnels de la santé.

De nos jours, les réseaux WAN conventionnels ne peuvent plus tenir le rythme des innovations technologiques médicales : coûts de connectivité très élevés, bandes passantes et flexibilité limitées ou encore le manque de visibilité sur le trafic généré par les appareils. Les professionnels de santé désireux de perfectionner la qualité de leurs soins sont souvent limités par leurs réseaux WAN peu adaptés à leurs nouvelles pratiques.

Pour pallier ce handicap, des outils tels que le SD-WAN permettent, par exemple, à toute organisation ayant migré vers le cloud de s’approprier une structure fiable en :

  • Assurant l’accès et la disponibilité continus des applications médicales dans le cloud ;
  • Automatisant les opérations manuelles souvent chronophages via une orchestration centralisée ;
  • Fournissant une qualité vidéo et audio parfaite lors des consultations de télémédecine ;
  • Améliorant la sécurité des informations médicales et la conformité aux règlementations sur la protection des données, tels que le RGPD ou encore le code de santé publique en France ;
  • Permettant aux équipes informatiques d’avoir une visibilité globale sur l’ensemble du réseau depuis un point unique ;
  • Autorisant un accès on-ramp vers le cloud et ainsi fournir une parfaite qualité d’utilisation des applications SaaS et des services IaaS.

 

En médecine, les enjeux liés à l’utilisation des nouvelles technologies sont bien plus importants que dans d’autres secteurs : il en va du bien-être des patients, de la justesse des diagnostics et de la crédibilité des professionnels de la santé. L’utilisation des innovations et la digitalisation généralisée des services hospitaliers facilitent grandement le travail des professionnels et participent à la baisse des dépenses de santé.

Le WAN est aujourd’hui essentiel pour gérer les données utilisées et échangées sur les patients grâce à des périphériques et des applications basés dans le cloud. Mais la densité de ces informations nécessite un outil performant, autonome et flexible. Dans ce contexte, le SD-WAN répond aux défis que posent les nouvelles technologies médicales et maintient la qualité des soins tout en réduisant les dépenses de santé.

%d blogueurs aiment cette page :