dim. Déc 15th, 2019

Les entreprises digitalisées méritent un SD-WAN basé sur les activités

silver peak - pierre langlois
Par Pierre Langlois, Country Manager France chez Silver Peak

 La transformation numérique et les initiatives cloud modifient la façon dont les organisations envisagent et conçoivent leur réseau étendu (WAN). Selon la Cloud Security Alliance, 70 % des applications ont déjà migré vers le cloud. Cependant, la promesse transformationnelle de cette technologie n’est pas toujours tenue, car les réseaux conventionnels ne parviennent pas à suivre le rythme des demandes applicatives. Même les architectures SD-WAN traditionnelles, centrées sur les routeurs, ne parviennent pas à s’adapter aux évolutions inhérentes au cloud en termes de structure du trafic, des applications et des périmètres de sécurité élargis.

 

Les organisations rencontrent des difficultés à faire évoluer leur WAN centré sur les routeurs. La démarche est en effet lourde et compliquée, car le réseau dit traditionnel n’a pas été initialement conçu pour répondre aux besoins d’une entreprise axée sur le cloud. Connecter les utilisateurs via internet directement aux applications ; en déployer de nouvelles à travers plusieurs services cloud, parfois dans de nombreuses succursales ; fournir dix fois plus de bande passante en périphérie du réseau, pour le même budget ; protéger l’entreprise à travers les accès cloud interne et externe ; ou encore garantir en permanence une excellente performance applicative, sont autant d’impondérables qui incombent à l’organisation moderne connectée.

Afin de répondre à l’adoption croissante des services cloud, de nombreuses solutions SD-WAN ont vu le jour ces dernières années. Bonne initiative de prime abord, bon nombre ne permettent pourtant pas d’atteindre un réseau entièrement automatisé, basé sur les activités. Un réseau SD-WAN traditionnel fournit en effet un certain niveau d’intelligence, mais est incapable de s’adapter en continu et automatiquement aux conditions changeantes du réseau ; ni d’offrir une expérience cohérente en temps réel pour les applications audio et vidéo, en particulier sur le haut débit. Pour sa part, le service IT n’est pas en mesure de fournir une segmentation simplifiée et sécurisée de bout en bout à travers les réseaux WAN et LAN, ainsi que le datacenter, afin de minimiser la surface d’attaque. Dans ce contexte, aucune économie de coûts opérationnels n’est envisageable.

A l’inverse, un SD-WAN innovant transforme le réseau en accélérateur d’activité. Des critères de performances, de priorité, de sécurité, de résilience, ou encore de routage, appliqués à différentes catégories d’applications définissent la manière dont celles-ci doivent être livrées aux utilisateurs finaux ; on parle alors de SD-WAN basé sur les activités. Les ressources réseau y sont mises en correspondance automatiquement, en fonction de la priorité des activités et des exigences de sécurité applicative préétablies. Le réseau quant à lui surveille en permanence les performances des applications et des ressources de transport, et s’adapte automatiquement à toute modification afin de rester en conformité avec les stratégies de qualité de service (QoS) et de sécurité. Les utilisateurs bénéficient ainsi d’une expérience optimale, avec des performances applicatives cohérentes et fiables et une meilleure qualité de voix et de vidéo sur large bande.

En outre, l’orchestration centralisée permet à un SD-WAN orienté métier de minimiser aussi les erreurs humaines, de faciliter l’adaptation et de répondre plus rapidement aux besoins de l’entreprise. De plus, il élimine l’impact des baisses de tension et des pannes de courant, grâce à la surveillance et l’analyse qui détectent toute évolution de l’environnement et déclenchent des ajustements nécessaires immédiatement. Le service IT, soulagé des tâches répétitives et chronophages, peut alors se concentrer sur des activités à plus hautes valeurs ajoutées.

Avec l’accélération de la numérisation, les entreprises tendent à adopter (trop) rapidement des architectures réseaux, ou à vouloir maintenir celles déployées précédemment. Or, un réseau non adapté ne permettra pas de bénéficier de tous les avantages transformationnels du cloud et pourrait se révéler coûteux à terme. C’est pourquoi les organisations doivent évaluer en détails leurs besoins et déterminer la technologie la mieux adaptée pour y répondre. La connectivité à leur réseau, nerf de leur productivité, doit impérativement leur apporter une capacité d’adaptation, une qualité d’utilisation homogène et optimale, ainsi qu’une gestion unifiée et automatisée pour un maintien sans accroc de leurs activités.

%d blogueurs aiment cette page :