Les processus et l’automatisation, moteurs de la transformation digitale des documents

conga - matt tuson
Par Matt Tuson, SVP & Managing Director EMEA, chez Conga

 Un rapport récent de MarketsandMarkets prédit que le marché de la transformation digitale (DX) devrait atteindre 665 milliards de dollars d’ici 2023. À mesure que les entreprises se tournent vers la numérisation de documents, bon nombre utilisent encore des processus manuels pour les gérer : du copier-coller de données à l’envoi de pièces jointes par courrier électronique, en passant par la remise manuelle de documents importants.

 

Ces méthodes sont non seulement inefficaces et chronophages, mais elles sont également sujettes aux erreurs et aux vulnérabilités. 

Nous avons récemment pris le pouls de la transformation digitale des documents (DDX) et il ressort que ces derniers sont essentiels au processus de numérisation, mais cela implique bien plus que le simple fait de passer du papier au numérique ; l’automatisation des processus documentaires est en effet tout aussi importante pour le parcours DDX des organisations qui accordent autant d’importance aux processus utilisés pour gérer leurs documents qu’aux documents eux-mêmes. En effet, lorsque des informations sont complétées manuellement et que plusieurs versions de documents et contrats importants circulent dans chaînes d’emails, des inexactitudes sont inévitables ; c’est pourquoi les entreprises doivent prendre les mesures nécessaires sans plus tarder.

La bonne nouvelle est que nous avons constaté que 74 % des entreprises ont déjà mis en place des initiatives axées sur l’automatisation des processus manuels, qui vient se mêler à d’autres bénéfices en termes de qualité et de coûts. L’ajout de processus aux stratégies DDX permet aux entreprises d’exécuter des flux de travail plus efficaces, de réduire les erreurs, de bénéficier de meilleures intégrations de solutions, d’améliorer la qualité de leurs documents, et par extension l’expérience globale de leurs clients.

L’automatisation des documents s’accompagne d’une intelligence artificielle (IA) qui rend le processus plus complet et contribue ainsi à la rationalisation et à l’intégration de cycles économiques durant lesquels les entreprises peuvent libérer du temps pour leurs équipes. De nombreuses tâches quotidiennes fastidieuses et chronophages sont alors prises en charge par la technologie. L’IA est également capable d’exploiter des données contenues dans des documents professionnels critiques, auxquels la plupart des entreprises n’auraient pas accès autrement.

Nous avons constaté un décalage intéressant entre la perception qu’ont les entreprises de l’IA et leurs niveaux d’adoption de cette technologie. En effet, si la progression des initiatives d’IA en interne n’est pas particulièrement bien perçue, elle reste un élément clé de la transformation future. S’il est encore trop tôt pour convaincre les entreprises que l’intelligence artificielle et la transformation numérique vont de pair, la priorité actuelle des organisations reste le choix des investissements technologiques nécessaires à la transformation des méthodes de travail en vue d’augmenter leur productivité, leur agilité et leur compétitivité.

%d blogueurs aiment cette page :