Répondre aux besoins et aux impératifs de stockage des données médicales

scality - tyna callahan
Par Tyna Callahan, Senior Director Communications, Scality

Le stockage dans le Cloud peut aider à améliorer l’accessibilité, la réactivité et la prise en charge des patients à l’ère des nouvelles technologies et de l’expansion de diverses spécialisations dites « ologies ».

 

Dans le domaine médical, des systèmes cruciaux sont utilisés pour fournir des informations et des services vitaux en tout temps, 24x7x365. Les cliniciens nécessitent un accès direct et permanent aux données des patients ; et si ces données sont indisponibles ou trop longues à recouvrer, la qualité des soins peut s’en ressentir. Alors que le secteur de la santé s’appuie davantage sur un équipement connecté et des systèmes d’imagerie numérique, le volume des données connaît une croissance toujours plus soutenue. Associez cette multiplication des données à des exigences de conservation sur le long terme, et la préoccupation des responsables médicaux en ce qui concerne les besoins de stockage s’explique aisément. Pour cela, le contrôle des coûts et l’évolutivité sans interruption des services sont aujourd’hui des facteurs critiques et essentiels des services de santé.

Les technologies établies telles que les dossiers médicaux électroniques (EHR), les solutions émergentes de l’Internet des Objets (IoT) pour les appareils médicaux et le matériel hospitalier, ainsi que les avancées liées à l’imagerie médicale comme les applications d’intelligence artificielle (IA) sont autant de facteurs qui génèrent et traitent des données. Leur convergence favorise la croissance exponentielle du volume des données médicales qui doivent être collectées, organisées, intégrées, analysées.  Ces données sont également mises à la disposition des milliers de médecins et autres cliniciens qui traitent les centaines de milliers de patients de chaque grand centre hospitalier ou système de soins de santé. 

 

Les solutions de stockage dans le Cloud

Les systèmes IT hospitaliers ont besoin d’outils de stockage puissants qui facilitent la protection, la recherche et la gestion des données. L’architecture de stockage à l’échelle du cloud est essentielle pour orchestrer des systèmes de données hautement sécurisés, fiables et accessibles à l’aide d’approches abordables, efficaces et durables. La mise en place d’un « cloud médical » privé ou hybride axé sur les données, est tout particulièrement critique pour les grands systèmes de santé qui traitent les patients hospitalisés, les urgences et les soins ambulatoires, mais aussi pour les services de diagnostic répartis sur de multiples sites géographiques.  

La disponibilité des données compte beaucoup pour toute entreprise, et peut-être même plus dans un environnement médical, car la santé et la sécurité des personnes sont en jeu. Veiller à ce que les informations électroniques protégées sur la santé (ePHI) soient sécurisées et préservées tout en étant aisément et rapidement accessibles est un élément absolument essentiel pour assurer la productivité de l’équipe soignante et la prise en charge du patient, ainsi que la sécurité de ses données privées. Tandis que l’accès aux ePHI devient la norme prescrite dans le continuum de soins, les régulateurs, les médecins et les patients s’attendent à des dossiers de santé toujours plus unifiés et plus complets, partout où ils exercent.

Par conséquence, disposer d’un système adapté au stockage des informations de santé du patient affecte l’ensemble du processus, du diagnostic initial au traitement, en passant par l’efficacité institutionnelle et les exigences de conformité. Les systèmes de soins de santé et les hôpitaux se doivent de mettre en place des solutions de stockage qui offrent une haute durabilité des données ainsi qu’une disponibilité garantie en ligne pour un faible coût total de possession.  Les temps de récupération doivent être rapides : les cliniciens vont vite et comptent de nombreux patients. La simplicité est aussi un facteur essentiel dans les environnements de santé, car les solutions IT doivent être simples à mettre en œuvre et à intégrer aux autres systèmes et ces systèmes à leur tour doivent également être simples à utiliser pour le personnel soignant et les techniciens. 

 

Quelques règles simples à suivre en stockage des données médicales : 

  • Ne pas ralentir le clinicien. L’accès aux données doit être rapide. Les solutions de stockage doivent permettre une récupération immédiate des images, des études et des dossiers récents ou archivés. Les recherches fastidieuses dans des archives sur bande et les temps de chargement prolongés doivent être éliminés.
  • Ne pas compromettre le parcours de soins du patient à cause d’une perte des données, qu’il s’agisse d’une perte totale ou d’une détérioration de leur qualité, particulièrement pertinent pour ce qui est imagerie médicale.
  • Contenir les coûts administratifs et d’infrastructure. Associer divers serveurs standard x86. Le stockage moderne ne requiert pas de matériel propriétaire coûteux ni de frais de personnel exorbitants.
  • Sécuriser les données pour protéger les patients, réduire les risques de fraude et de violation, et éviter les amandes réglementaires connexes.

 

Cas d’usage de l’imagerie médicale pour obtenir une capacité accrue grâce aux nouvelles technologies

Assistance Publique Hôpitaux de Marseille (AP-HM) est le troisième centre hospitalier universitaire de France. Les quatre hôpitaux de l’AP-HM traitent 125 000 admissions de patients par an, et comptent 3 400 lits. Son service des urgences reçoit 228 000 cas chaque année, et le service d’aide médicale d’urgence répond à plus de 600 000 appels. L’AP-HM utilise des technologies de pointe qui permettent à ses équipes d’offrir une multitude de services de diagnostic et d’intervention, y compris la radiologie conventionnelle, l’imagerie interventionnelle, l’imagerie médicale de la femme, la médecine nucléaire, la radiothérapie et bien plus encore. Avec cela vient l’immense responsabilité de stocker et de protéger des quantités massives de données tout en veillant à ce qu’elles soient accessibles de manière instantanée.

À l’origine, l’AP-HM archivait ses images médicales dans un volume de seulement 60 Téraoctet. Le centre utilisait la réplication pour la résilience, ce qui augmentait le volume total des données stockées à 120 To, avec une croissance de 20 To par an. À peine six ans plus tard, le volume total s’élevait à plus d’un demi-pétaoctet, et la vitesse de croissance avait doublé. 

 

« Il était clair que nous avions besoin de plus de capacité pour l’imagerie médicale, rien qu’en prenant en compte le volume actuel de nos patients et de nos études, » souligne Renaud Masse, chef de service infrastructure informatique chez AP-HM. « Mais il était également évident que ces besoins allaient encore évoluer au fil de l’ajout de nouveaux équipements, car la résolution et le nombre de tranches ne font qu’augmenter. En plus de ça, d’autres services, d’autre « ologies », se tournaient vers nous pour leur stockage, et la génomique commençait également à devenir une priorité. » 

 

Durant six années de croissance rapide des données, l’équipe responsable de l’infrastructure IT au sein d’AP-HM dut faire face à une migration de données depuis leur système patrimonial vers un NAS. Dans les faits, une fois cette migration terminée, l’expiration des garanties et la croissance des données avaient transformé le NAS en une solution très coûteuse. L’équipe IT se mit alors en quête d’un système plus durable, capable de répondre à leurs besoins de compatibilité étendue et sans enfermement de système ou logiciel propriétaire. La solution choisie devait aussi impérativement accepter les données sous leur format natif, sans nécessité de modification. Une intégration fluide avec les nombreuses applications du centre et la prise en charge de divers protocoles, y compris CIFS et NFS, étaient également indispensables. D’autres exigences, appelées à devenir la norme pour n’importe quelle organisation, étaient tout aussi importantes. Parmi elles, une sécurité performante, une disponibilité ininterrompue, une efficacité prouvée au-delà du pétaoctet, et une évolutivité à l’épreuve du temps au regard de la croissance inéluctable des données. 

 

Répondre aux besoins de stockage de l’imagerie médicale

L’équipe d’AP-HM a bien trouvé une solution de stockage d’objets défini par logiciel à l’échelle du cloud, installée sur des serveurs standard x86 et capable de répondre aux besoins spécifiques des systèmes d’imagerie et des utilisateurs. Le système d’archivage d’imagerie médicale mis en place par le centre fonctionne si bien que de nombreux services demandent désormais l’ajout de nouvelles charges de travail. L’AP-HM examine la façon dont le système peut aider à développer des projets majeurs, tels que la conservation sur le long terme, l’archivage génomique, et les référentiels de données sur le dépistage génétique. 

Les données structurées des environnements de santé connaissent une croissance exponentielle, soutenue par de multiples facteurs : une imagerie toujours plus répandue et dont la résolution ne cesse d’augmenter, des besoins de conservation sur la durée, imposés par les normes de soins et les lois applicables, et une population vieillissante plus suivie sur le plan médical.  Dans de nombreux grands centres hospitaliers, les données non structurées restent cloisonnées dans des PACS (systèmes d’archivage et de transmission d’images) avec des NAS coûteux archivés sur des bandes difficiles d’accès. Décloisonner ces données pour les faire migrer vers un système de stockage centralisé défini par logiciel permet de les rendre plus aisément accessibles et diminue aussi bien les dépenses en capital que les dépenses opérationnelles.

Les défis pour répercuter cette technologie dans l’amélioration des soins apportés aux patients persistent. Tandis que nous explorons l’utilisation de technologies toujours plus sophistiquées dans le domaine médical, telles que l’apprentissage machine et l’IA, la biométrique, la chaîne de blocs, la réalité augmentée, l’Internet des Objets et bien d’autres, nous devons également surveiller la technologie à la base de ces avancées. Le stockage des données est un élément critique au cœur du système de santé.  Préserver les données d’un patient est important, mais pouvoir accéder à ces données et les utiliser pour s’occuper du patient est crucial. Par extension, transférer ces données dans le Cloud est une chose, mais pouvoir gérer, contrôler, trouver et utiliser ces données constitue le but ultime. Investir dans un système de stockage moderne pour l’imagerie médicale, qu’il s’agisse d’un stockage d’objets en interne, d’une solution hybride ou d’une infrastructure multi-cloud, permet aux organismes de santé de faire un meilleur usage de ressources limitées : budgets, personnel IT qualifié, et temps de mise en œuvre.

%d blogueurs aiment cette page :